03/08/2011

Bruxelles : Formeville, en tant qu’Association des Nouveaux Métiers de la Ville -- (Extraits de textes écrit par Formeville).

 

Femmes relais: un nouveau métier de la ville ?
Enquête : Y a-t-il un besoin en termes de femmes relais dans la commune de Saint Josse?

Depuis une vingtaine d’années, différentes pratiques de reliance citoyenne, sociale et interculturelle ont émergé dans les sociétés civiles européennes. En France, dans les banlieues à forte concentration allochtone, «les femmes relais» - issues elles-mêmes de l’immigration - favorisent le lien social par l’accueil et l’orientation des femmes immigrées. Elles servent également de passerelles entre les Institutions et les familles d’origine étrangère. Leur activité, à l’origine bénévole et citoyenne, s’institutionnalise peu à peu. Leur fonction tend aujourd’hui à être reconnue au niveau européen sous l’intitulé de 'médiation interculturelle'.

Dans plusieurs pays européens l’Etat, via des dispositifs tels que le programme «Adultes-relais» en France, a encouragé et soutenu le développement de ces nouveaux types d’emplois visant à assurer un lien entre des populations fragilisées et les dispositifs institutionnels.

Cette étude «Y a-t-il un besoin de Femmes relais à la Commune de Saint Josse» veut vérifier sur le terrain s’il y a un réel besoin tant du côté des institutions que des femmes imigrantes et issues de l’immigration en termes de femmes relais.

Télécharger l'édude >>

Dévoiler ses compétences, Partager son savoir-faire : compétences et savoir-faire de femmes migrantes et issues de l’immigration

Partant du double constat que la création de Nouveaux Métiers de la Ville, bien que répondant à un besoin de cohésion sociale, ressort aussi de politiques de l’emploi et que d’autre part, les femmes sont peu présentes dans les nouvelles fonctions urbaines, Formeville a menée une étude financée par le Fonds d’Impulsion à la Politique des Immigrés sur l’accès à l’emploi de femmes migrantes et de femmes issues de l'immigration aux Nouveaux Métiers de la Ville. L’objectif de cette recherche était d’investiguer les pistes possibles relatives à l’insertion socioprofessionnelle des femmes migrantes et des femmes issues de l'immigration sans qualification professionnelle, possédant cependant des compétences et des savoirs- faire certains.

L’hypothèse qui sous-tendait ce travail était la suivante : les compétences que possèdent ces femmes ont une utilité sociale. Comment alors ces compétences peuvent-elles être développées soit dans le cadre des Nouveaux métiers de la Ville déjà existants soit dans le cadre de Nouveaux métiers de la Ville qui seraient à créer.

Télécharger l'édude >>

Formeville, en tant qu’Association des Nouveaux Métiers de la Ville

15:50 Écrit par Mihail Basremaskro'onko | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.