08/05/2014

Last News : Bad News from Brussels --8 mai 2014 -- Expulsion du squat d'ixelles.

 

Pourquoi la fuite?

Venus de Slovaquie ou de Tchéquie et donc tous ressortissants européens, les Roms arrivés à Bruxelles étaient, à l’instar de ceux restés au pays, victimes de persécutions diverses. Un rapport du Conseil de l’Europe (2010) relate notamment:

- qu’en Tchéquie, les violences racistes à l’égard des Roms sont monnaie courante: attaques des logements aux cocktails molotov, placement fréquent des enfants dans l’enseignement spécial (la cour des Droits de l’homme a d’ailleurs condamné cette pratique)…

- qu’en Slovaquie, des violences racistes sont également perpétrées. La police s’est elle-même rendue coupable de sévices sur des enfants de 11 à 16 ans: obligation de se déshabiller, de se gifler ou de s’embrasser mutuellement, le tout filmé par des policiers. Dans ce pays aussi, les enfants sont envoyés dans l’enseignement spécial.

Pas des nomades

Les Roms arrivés à Bruxelles ne sont pas des nomades. Ce sont des gens qui ont fui leurs pays et les discriminations qu’ils y subissaient, à la recherche d’un lieu où vivre tranquillement.

Parfois dans de tels bâtiments, parfois dans des bidonvilles, les Roms sont relégués hors des cités dans leurs pays d'origine

Ressortissants européens, un statut avantageux?

En tant que ressortissants européens, les Roms de la chaussée d’Ixelles bénéficient de la liberté de circulation et d’établissement. Ils peuvent, s’ils ont un emploi (ils ont trois mois pour le trouver), s’inscrire dans une commune et s’installer durablement.

En pratique, ils bougent de pays en pays à la recherche d’un lieu où leur origine ne sera pas un frein à cette installation.

Chez nous, impossible de se domicilier, puisqu’ils sont renvoyés de squat en squat. Impossible donc de trouver un emploi et même une formation.

 

Le squat des rom à Ixelles  a été évacué ce matin. L'expulsion de ces familles se fait sans aucunes solutions de relogement. Les familles sont dans la rue.... HELP

10:55 Écrit par Mihail Basremaskro'onko | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.